La Belle époque des aéroplanes

33,02

Deux frères, fils d'agriculteurs, dès leur sortie du collège, en labourant les champs paternels observèreent avec passion le vol des mouettes et des goélands et se posèrent la question : comment volent " ces plus lourds que l'air " ? Témoins des exploits de W. Wright, ils décidèrent que, dès leur retour à la ferme de Romiotte, ils construiraient eux aussi un aéroplane. Ils commencèrent par observer les oiseaux en disséquant certaines espèces abattues pendant la chasse, pour étudier leur ossature et le mouvement des ailes. Puis, en 1908, avec la collaboration du maréchal-ferrant de la ferme et d'un habile menuisier du village, avec des outils rudimentaires, ils se mirent à scier, raboter, clouer, pour mettre debout un gigantesque appareil. Ils n'ont pas de moteur. pour le lancer, ils relient l'engin à une charrette tirée au trot allongé par une jument : miracle, spectacle incroyable, le biplan décolle et s'élève dans les airs ...

Wikipedia

Frères Caudron

Gaston (18 janvier 1882 - 10 décembre 1915) et René (1er juillet 1884 - 27 septembre 1959) Caudron sont des pionniers de l'aviation, nés à Favières dans le département français de la Somme. Gaston Caudron se tue avec le mécanicien Jaumes et le dessinateur Desmarais le 10 décembre 1915, alors qu'il effectue un vol d'essai avec un Caudron R42.

Gaston et René Caudron se passionnèrent pour l'aviation naissante et réalisèrent durant l'été 1908 un planeur, Romiotte 1, qu'ils firent voler au printemps 1909 à la Ferme de Romiotte, entre Ponthoile et Forest-Montiers à quelques kilomètres du Crotoy. Celui-ci était tiré par un cheval, la jument Luciole et réalisa neuf vols en ligne droite de 800 à 1 200 m. sous le pilotage de René.

René Caudron a été le premier pilote à se poser au Touquet, c'était le dimanche 10 juillet 1910. Une médaille d'or lui fut offerte à cette occasion par Léon Soucaret, maire du Touquet. René Caudron revint par la suite fréquemment au Touquet et, fin juillet, il effectua un aller-retour Merlimont, « exploit » renouvelé en août. Le 7 août, il passa au Touquet son brevet de pilote, le numéro 180. Le 3 mars 1911, Gaston obtint à son tour le brevet civil de pilote, le numéro 434.

Avionneurs

Embarquement d'un hydravion Caudron sur le transport d'hydravions Foudre en 1914.

Les frères Caudron devinrent également avionneurs. Ils créèrent en 1909 l'Association « Aéroplanes Caudron Frères » qui devint, dès 1910 la Société des avions Caudron initialement installée au Crotoy, puis à Rue et occupèrent une place particulière dans l'histoire de l'aviation.

En 1912, ils créèrent le tout premier hydravion de l'histoire. Henri Fabre fit voler son hydravion le 28 mars 1910 sur l'étang de Berre.

L'un des plus célèbres avions construit par les frères Caudron fut le biplan G3, monomoteur qui connut un succès commercial permettant aux deux frères de développer et de diversifier la construction de plusieurs séries d'aéroplanes. La Première Guerre mondiale permit l'expansion de l'entreprise à travers les commandes de l'armée française et la formation des pilotes (3 985 avions). Le modèle G3 fut utilisé notamment dans la reconnaissance aérienne.

Du fait de la guerre et de la proximité du front, les frères Caudron délocalisèrent leur usine qui quitta la Somme pour Issy-les-Moulineaux et Lyon.

Le 1er février 1920, René Caudron recruta Adrienne Bolland, ancienne élève de l'école Caudron, comme pilote d'essai, ce fut la première femme qui occupa ce poste dans la société. Elle y resta trois ans.

École de pilotage

Dès 1910, ils créèrent aussi la toute première école de pilotage du monde : École de pilotage Caudron du Crotoy, attirant dans la Somme de futurs aviateurs. Les élèves faisaient chaque jour le circuit Le Crotoy - Le Touquet et retour avec atterrissage sur la plage. On installa pour eux un atelier de dépannage et réparation, à la suite des nombreux capotages dans le sable mou.

En 1913, l'école de pilotage se doubla d'une école militaire de pilotage. Durant l'année 1913, Gaston créa en Chine la première école de pilotage de ce pays. Il fut le premier pilote à survoler la Cité interdite, lors de la livraison de douze biplans type G3 commandés par la Chine.

En 1928, l'école d'aviation était définitivement transférée à Ambérieu-en-Bugey.

Gaston Caudron se tua à bord d'un Caudron R-4 lors d'un essai le 12 décembre 1915 sur l'aérodrome de Lyon-Bron avec le mécanicien Jaumes et le dessinateur Demarez.

Disparition de la société Caudron

La société Caudron s'installa notamment sur l'aérodrome de Guyancourt dans les Yvelines. Mais le 1er juillet 1933, Caudron Aéroplanes fut rachetée par Louis Renault qui rebaptisa la société « Caudron Renault ». René Caudron quitta la société en 1939.

Les avions Caudron dans l'histoire de l'aviation

Hélène Boucher devant son Caudron Rafale.

Le 19 janvier 1919, Jules Védrines pose son Caudron G3 sur le toit des Galeries Lafayette à Paris, répondant à un défi lancé par la direction du magasin parisien.

Le 1er avril 1921 Adrienne Bolland traverse la cordillère des Andes.

En 1924, Raymond Delmotte remplaça l’ancien chef pilote Patin chez Caudron.

En 1931, Suzanne Deutsch de La Meurthe (1892-1937), la fille d'Henry crée une coupe de vitesse pour avions sur 1 000 kilomètres qui sera courue jusqu'en 1937. Deux pilotes français, Georges Détré sur Potez 53 et Raymond Delmotte sur Caudron-362 enlevèrent successivement l'épreuve en 1933. Puis Hélène Boucher remporta la coupe en 1934 sur Caudron Rafale à plus de 409 km/h.

Le 30 novembre 1934, Hélène Boucher se tue au départ de l'aérodrome de Guyancourt, lors d'un vol d'entrainement aux commandes d'un Caudron "Rafale".

Hommages

Dans la Somme :

Un monument aux frères Caudron a été érigé au Crotoy dans l'entre-deux-guerres.

À Rue, un musée des Frères Caudron retrace leurs carrières.

À Favières, une plaque gravée, fixée sur le pignon, signale leur maison de naissance.

À Ponthoile, un monument a été élevé, face au chemin d'accès à la ferme de Romiotte.

À Abbeville, une rue du centre ville porte le nom des Frères Caudron

À Amiens, une rue du centre ville porte le nom de Caudron

Dans les Yvelines :

À Saint-Quentin-en-Yvelines (près de l'aérodrome de Guyancourt), une rue porte le nom de René-Caudron.

À Vélizy-Villacoublay, une rue du centre-ville porte le nom des Frères Caudron

Caractéristiques
Format 15 x 22 x 3 cm
Nbr. de pages 216
Finition Broché
Année d'édition 1986
Langue Français
Etat du livre Bon état
Collection / Série si 1900 m'était conté
Editeur France-Empire

Poids

400,00
; ;